L'homme dans son constant besoin de cloisonner et hiérarchiser les choses (pour mieux étudier les murs) s'est très rapidement considéré comme pièce centrale.
Depuis qu'il s'est affranchit de la nature, l'homme s'est mis à la considérer comme périphérique, secondaire, accessoire: l'homme siège prétentieusement au milieu de l'environnement.
Tout biologiste vous dira que c'est évidemment nous, simple êtres humains, qui sommes accessoires sur cette planète.
Les êtres humains sont donc l'environnement de la nature, capables donc d'attentions respectueuses.
Commençons alors par opter pour une conception plus juste: celle de milieu naturel.