Pourquoi l’Espagne ?

L’Espagne est aujourd’hui une terre exploitée par l’agriculture intensive.

Le paysage de certaines régions se résume à des champs de serres dans lesquelles les légumes et fruits poussent de manière accélérer afin de satisfaire des milliers de consommateurs.

L’Andalousie produit et exporte 50 % des légumes consommés en Europe du Nord.

C’est la région recevant le plus d’aides financières européennes, elle reçoit également des immigrants clandestins exploités dans des grandes fermes intensives (latifundia).

 Les techniques de l’agriculture intensives sont nocives pour l’environnement dans la mesure où les terres travaillées de la sorte, deviennent par la suite incultivables...On parle de « terres brûlées».

De plus, l’Espagne se trouve confrontée aux problèmes des travailleurs immigrés exploités.

En marge de ce système, des association et exploitation tentent à présent de promouvoir une agriculture plus traditionnelle basée sur un plus grand respect de la terre et des hommes.

Qu’est-ce que l’agroécologie ?

Devant les dégâts de plus en plus évidents induits par le modèle d’agriculture industrielle, les paysans mais aussi des chercheurs ont entrepris de remettre en cause, en théorie & en pratique, cette course folle vers une agriculture productiviste et éminemment destructrice.

Très vite, le courant de pensée appelé agroécologie est allé au delà d’une approche technicienne qui se réduirait à privilégier les seuls équilibres écologiques et intègre les dimension économiques, social et politique de la question. La reconnaissance des savoirs et savoir faire paysans est au cœur de la réflexion. Pour reconstruire un autre rapport à la nature, il faut prendre exemple sur ceux qui depuis des millénaires ont su la maintenir tout en développant des sociétés multiples.