Impossible de ne pas voir les mots réchauffement climatique en entrant chez le marchand de journaux. Ses deux mots en couverture doivent être vendeur, en déduis-je !

La presse exploite encore le même filon, la peur populaire.

Mais ce phénomène qui parait nous échapper peut-il être négligé après la consommation impulsivement d’un magazine.

Face à la peur, la consommation ! Qu’il est rassurant de posséder et d’accumuler quand sa vie est en péril, l’avenir de l’humanité en danger.

Dénigrer la presse est une chose, informer et inviter tout un chacun à comprendre et échanger en est une autre…

Voici deux humbles esquisses de réflexion.

Premièrement, pour ceux qui ce sont reconnu dans les comportement révélant une certaine angoisses existentiel : Continuer à consommer…de l’Amour ! de l’Amour pour les gens… et les êtres vivant

« La tierra tiene fiebre y necesita un poquito de amor que cure la penita que tiene

=>La terre a de la fièvre et à besoin d’amour pour soigner sa peine » chante Abebe sur un reggae-ska.

Deuxièmement, je souhaite juste mentionner rapidement que la terre est un organisme (théorie scientifique de gaïa) soumisses à des grand cycles climatiques. Ainsi le moyen âge a été marqué par une « petite » glaciation, le réchauffement est un phénomène normal.

Il y a donc des cycles naturels expliquant un réchauffement général du climat mais l’impact des activités humaines est important : la responsabilité est partagé.

Chacun est responsable……. ou ne l’est pas.


et de teminer une quelque chose de plus leger: une contrepetrie
Depuis la revolution industrielle, les canicules s emballent

(Nan en fait cest lourd !)